Cent cinquante cyclotouristes d’Indre-et-Loire, de la Vienne et de Maine-et-Loire ont convergé ce week-end sur le panorama à Candes-Saint-Martin, au pied du dernier mur du moulin de la Pelouse.

A l’origine du cyclotourisme en Touraine

La concentration de Candes raconte la naissance du cyclotourisme en Touraine. La première a eu lieu en 1931. L’UC Touraine y a célébré le premier anniversaire de sa création, décidée au panorama un an plus tôt par trois ou quatre cyclistes tourangeaux.

Depuis, à l’invitation du club, les cyclos de la région sont conviés chaque année, le dimanche le plus proche du solstice d’été, au confluent, là où la Vienne rejoint la Loire. C’est une histoire de retrouvailles entre clubs, pour signer le livre d’or, écouter quelques mots de bienvenue et trinquer.

Pour nous, c’est toujours un joli moment que cette progression matinale vers le coteau de Candes, au long du Cher puis de la Loire, par Savonnières, La Chapelle-aux-Naux, Bréhémont, puis Le Néman et Bertignolles, qui ont les pieds dans la Loire.

Crêpes et fraises au vin

Les élections législatives ont troublé la partie officielle, puisque manquaient cette année le représentant du comité directeur fédéral et le maire de Candes-Saint-Martin, retenu au bureau de vote. Dans des temps électoraux moins chargés, la présidente de la FFCT, Martine Cano, et son prédécesseur, Dominique Lamouller, sont venus présider eux-mêmes au rassemblement. Il faut préciser que depuis une demi-douzaine d’années, le Meeting de Candes a été intégré au cercle restreint des « concentrations nationales », cinq au total.

L’UCT a bien fait les choses, distribuant force crêpes à ses invités, en souvenir de celles que préparait sur place Marcel Loyez, un de ses « anciens », fidèle parmi les fidèles du Meeting. Longtemps, on s’est aussi appliqué à servir à Candes des fraises au vin, en souvenir d’une tradition initiée par les Saumurois.

Voir l’article complet sur le site internet SAS Cyclotourisme

Share This